Retour  La Monne et les gorges de la Monne

Les gorges de la Monne
Le puy d'Olloix (au centre), les gorges de la Monne et  le monastère de Randol vus de l'est.

Les gorges

Les gorges de la Monne en direction de la limagne des buttes

LA MONNE

La Monne fait partie d'un ensemble hydrographique qui draine le massif des Monts-Dore. Ce système est constitué de rivières coulant vers l'Est pour se  jeter dans l'Allier dans les différentes plaines de Limagne. Au sud d'Olloix on trouve le pays des Couzes avec en partant du sud, la Couze d'Ardes, La Couze Pavin et enfin la Couze Chambon qui passe à proximité d'Olloix à Montaigut le Blanc. Au nord on trouve  la Veyre. En continuant vers le Nord on trouve d'autres rivières qui s'alimentent dans la chaîne des Domes  :  l'Auzon, l'Artière puis la Tiretaine qui traverse Clermont-Ferrand. 

Toutes ces rivières qui descendent de plus de 1000 m à 350m environ entaillent plus ou moins profondément d'Ouest en Est le rebord granitique de la faille des Limagnes. Les gorges les plus spectaculaires et les plus sauvages sont certainement les gorges de la Monne.

Confluent Monne Veyre
Le confluent de la Monne, à droite, avec la Veyre à gauche
Conluent Monne Allier
La Monne, (ou la Veyre), se jette dans l'Allier au pont de Mirefleurs
Pont de Mirefleurs
Le confluent de la Monne, (ou de la Veyre), avec le pont de Mirefleurs en arrière plan

La Monne est une petite rivière torrentueuse qui prend sa source dans les Monts-Dore à 1300m d'altitude près du col de la croix Morand au dessus du village de Mareuge. Elle coule ensuite vers l'Est en direction de l'Allier. Elle rejoint la Veyre entre Tallende et Veyre à 380 m d'altitude. Ensuite,  la rivière qui porte actuellement le nom de Veyre,  se jette  dans l'Allier au Martres de Veyre à coté du lieu-dit le pont de Mirefleurs. Aux Martres de Veyre et à Veyre les anciens appellent toujours la rivière la Monne et non pas la Veyre comme le font les nouveaux habitants, c'est ce nom de Monne qui est porté sur les anciens cadastres. Cela tend à montrer qu'au XIXième siècle suite à une intervention dont on a perdu la mémoire la rivière a changé de nom, peut être après que des mesures aient montré que la Veyre est plus longue que la Monne ?

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, pour traverser d'Allier entre les Martres de Veyre et Mirefleurs il y avait un bac à l'endroit ou l'on trouve actuellement le pont de Mirefleurs à proximité immédiate du confluent de la Monne et de l'Allier. A cet endroit, jusque vers 1860, il y avait du coté des Martres un port sur l'Allier d'où partait des bateaux en bois, appelés sapinières, qui allaient rejoindre la Loire. Les sapinières, bateaux à fond plat, mesuraient 20 à 25 mètres; comme on ne pouvait pas remonter l'Allier, elles étaient vendues au tiers de leur prix en arrivant à Briare. A la fin des année 1940 on voyait encore des restes des quais avec des anneaux. Un premier pont métallique a permis, au XIXe siècle de relier les deux rives de l'Allier, il a été remplacé à la fin des années 1960 par le pont actuel en béton. Plus en aval, vers Cournon et Gondole, les armées de César ont, en 52 avant Jésus-Christ, traversé l'Allier à gué pour aller combattre Vercingétorix à Gergovie.

En amont du confluent de la Monne et de l'Allier, à l'époque gallo-romaine, au bord de l'Allier, existait le bourg primitif des Martres de Veyre appelé Anoilium, à cet endroit il y avait de très nombreux fours de potiers qui fabriquait des ustensiles en céramique sigillée rouge comme à Lezoux. Jusque vers 1970 on trouvait au lieu dit le Lot de nombreux débris de ces poteries. Pour en savoir plus on pourra visiter le musée de la céramique de Lezoux.

Pont de Mirefleurs
Le pont de Mirefleurs au début du XXe siècle
Source des Roches
La source des Roches

Toujours au voisinage du confluent de la Monne et de l'Allier on trouve, entre les Martres et Longues de très nombreuses sources d'eau minérales. La plus connue, où les habitants des Martres allaient remplir leurs bouteilles, est la source des Roches avec une eau faiblement gazeuse, de nos jours cette source a été abandonnée et elle se perd dans l'Allier mais on peut acheter dans le commerce l'eau gazeuse de Sainte-Marguerite  qui a des propriété voisines.

LES GORGES DE LA MONNE

Le site naturel remarquable des gorges le la Monne est classé depuis 1979 aussi bien pour sa qualité paysagère que pour sa richesse floristique et faunistique (voir carte). Ce site resté sauvage est uniquement accessible à pieds, il se partage entre les communes d'Olloix et de Cournols.  En raison d'un ensoleillement différent les deux versants des gorges sont très différents :

Une grande partie des gorges du coté Olloix est la propriété de la commune.

PROMENADE DANS LES GORGES DE LA MONNE

Un sentier, long de 5 km, balisé par l'association Chamina, prenant son départ à Olloix, place St-Gouérand à proximité de l'église, permet aux promeneurs de découvrir les Gorges. Un grand parking permet de garer sa voiture. Tout d'abord, laprès avoir longé le puy d'Ozenne le sentier plonge de 850m jusqu'à 700 m dans les gorges ou une passerelle lui fait traverser la rivière, il longe ensuite la rivière jusqu'au vieux pont de pierre de Riberolles où le promeneur attentif pourra voir les restes d'anciens moulins. Il remonte ensuite sur le plateau jusqu'à la Pomette en passant par le hameau ruiné de Riberolles. De la Pomette il rejoint Olloix en traversant un paysage sauvage de landes parsemées de bruyères de genêts et de genévriers d'où dépassent de gros blocs de rochers chaotiques.

Le promeneur désirant avoir une vue générale sur les gorges pourra escalader le puy d'Ozenne où il jouira d'un vaste panorama. Il n'y a pas de chemin y conduisant il faut donc traverser des parcs à moutons sans oublier le cas échéant, de refermer les clôtures.  

La Monne

La Monne dans les gorges

Lys MartagonUn lys  martagon, espèce protégée, visible fin juin dans les gorges de la Monne 

Pont de Riberolles


Le vieux pont de pierre de Riberolles

Haut    Haut de page 

Retour